Portrait officiel François Hollande

Portrait officiel François Hollande

Après la réunion de “concertation” du 15 juin et la journée “portes ouvertes” de Direct Énergie à la salle du Vallon le 7 juillet, essentiellement fréquentée par des opposants à la centrale, nous avons décidé de nous adresser au Président de la République et au gouvernement. En effet, nous considérons que la décision prise au nom de l’Etat, par Monsieur Besson, ministre du précédent gouvernement de l’ancienne majorité, doit être annulée.
Dans la lettre au Président de la République, en date du 16 juillet, nous exposons les raisons de notre opposition à la construction de la centrale à gaz. En particulier, nous rappelons que l’argument du « pic » de consommation et du danger de « blackout » (panne générale) est mensonger, la Bretagne ne manquant nullement  d’électricité , pas plus que notre pays qui en exporte déjà beaucoup.
De plus, les risques pour notre santé et pour l’environnement sont scandaleusement minorés ou passés sous silence par les porteurs du projet.
Enfin, comment le gouvernement peut-il confier la construction de cette usine à la société Direct Energie qui n’a construit aucune centrale dans notre pays et dont les deux projets ont été annulés par les tribunaux administratifs, l’un dans l’Oise à Verberie et l’autre à Hambach en Moselle ?
Lors de la conférence environnementale, ouverte par le Président de la République le 14 septembre dernier, les modalités d’un débat national sur la transition écologique et énergétique ont été précisées. Celui-ci doit déboucher sur un projet de loi de programmation en juin 2013.
D’ici là, les associations, les citoyens, les pouvoirs publics régionaux sont invités à participer à cette élaboration collective qui engage l’avenir énergétique du pays. Nous y apporterons des propositions alternatives, innovantes en termes d’économies  d’énergie et de production d’énergies renouvelables et réellement créatrices d’emplois.

C’est pourquoi, la décision de stopper le projet de centrale à gaz à Landivisiau doit être prise sans attendre par les autorités de l’Etat, sinon à quoi servirait le débat sur la transition énergétique ?

Les réponses du Président de la République et du Ministère du Redressement Productif, qui doit recevoir notre association, nous encouragent à persévérer dans notre travail d’information et d’explication de tous, décideurs et citoyens, pour que la raison l’emporte sur ce dossier.